Go to French    

Trade Matters

Summer 2012 Edition



Compliance Assessment Program Can Help You Avoid AMPS Penalties

Companies that deal with cross-border shipments have faced dramatically increased customs compliance risks and challenges in recent years, including border security regulations, compliance verification audits and origin verifications. Administrative compliance errors are now met with significant monetary penalties that can profoundly impact a company’s bottom line.

A sound customs management process must feature well defined policies, procedures, and reliable record keeping practices. The process should also incorporate well-defined roles and responsibilities for staff involved in customs-related activities, including everyone from clerks to the chief executives. There must also be coordination between relevant internal departments, such as transfer pricing, corporate tax planning, procurement and logistics. That’s why KPMG’s Trade and Customs Practice has developed a valuable compliance assessment tool to help evaluate your company’s customs compliance risk.

The following key customs compliance areas require a company’s attention.

Arriving at a compliant customs value can sometimes be difficult for importers. Properly declaring royalties, licence fees, selling commissions, tooling and engineering and development costs, as well as subsequent proceeds and special packing costs, are just part of managing customs valuation. The more challenging aspects of customs valuation arise when inter-company transfer prices are being established or post-import price adjustments are made. Similarly, corporate restructuring events routinely affect customs valuation.

Customs Duty
Assigning the correct tariff classification to goods is critical for proper compliance, as well as cost savings. A product’s tariff classification affects not only the duty rate applied but a host of admissibility issues as well, such as anti-dumping duties and import quotas. Relying strictly on third parties to perform tariff classification work on a shipment-by-shipment basis can result in compliance risks and may not facilitate the most appropriate and duty-effective classification for imported goods. A tariff classification database can help you ensure accurate and consistent classification of your imported goods.

No task is more difficult than accurately tracking and assigning the proper country of origin designations to all the materials and components that go into a final product. This may involve hundreds or even thousands of inputs from dozens of countries. Failure to properly track the country of origin of imported goods can jeopardize eligibility for free trade agreements and other preferential trade programs. Incorrect or false country of origin claims can result in the Canada Border Services Agency (CBSA) or US Customs denying the preferential duty treatment and penalties being assessed.

KPMG’s compliance tool
KPMG’s compliance assessment tool provides a snapshot report that consolidates your company’s import activity as far back as four years and clearly outlines your company’s key customs risk areas. The report also provides data on potential monetary penalties, duty recovery opportunities, any unusual transactions and time-sensitive trade benefits. This tool is an excellent first step to determine whether your company should consider undergoing a customs compliance review.

Finding and correcting compliance issues before a CBSA audit can help you avoid potential monetary penalties and costly retroactive corrections. Mistakes in any of these key areas can multiply if undetected, resulting in overpaid duty that cannot be recovered or penalties for underpaid duty plus interest, not to mention the administrative hassles with the customs authorities.

To learn more about KPMG’s customs compliance assessment tool, contact a KPMG trade professional for more information.


CBSA Verification Audit — Correct Non-Compliance to Avoid Future Penalties

Companies found to be non-compliant in a prior Canada Border Services Agency (CBSA) verification audit can expect the CBSA to come knocking on their door again. The CBSA has advised that, starting later in the year, it will begin monitoring non-compliant importers and may issue penalties ranging up to $200,000 per review if it finds that an importer is continuing a non-compliant practice.

Typical trade contraventions include:

  • Requested records not provided for review
  • Importers making false, untrue or inaccurate statements
  • Not correcting declarations with respect to value, classification or origin within 90 days of having “reason to believe” the declaration was incorrect.

Companies that were found to be non-compliant in a previous CBSA audit should strongly consider implementing an internal quality assurance program to ensure they are meeting all customs compliance obligations. This strategy can minimize the possibility of being assessed additional penalties.


Canada and US Planning Oil and Gas Reporting Changes

Importers and exporters of natural gas, oil and petroleum, also known as continuous transmission commodities (CTCs), should be aware of changes coming to the way these goods are reported to Canadian and US customs.

The Canada Border Services Agency (CBSA) recently issued a draft memorandum, Procedures for the Importation of Continuous Transmission Commodities, that provides guidance on the reporting and accounting of CTCs for brokers, importers/owners and carriers.

The draft memorandum provides guidance and specific instructions on:

  • The requirement for carriers to report all imported CTCs
  • Monthly accounting by importers and three accounting format options
  • When CTCs are considered in-transit, including during transfers of convenience, but not for CTCs stored for an indefinite period of time
  • Why net reporting is not allowed
  • Goods and Services Tax/Harmonized Sales Tax that applies when a CTC is considered imported.

Appendix D of the draft memorandum is specific to natural gas and discusses:

  • Cargo information
  • Park transactions
  • Loan transactions
  • Backhaul transactions
  • Straddle plants
  • In-transit losses and fuel gas
  • Comingling.

Previously, the only published CBSA policy on the import and export of CTCs was Customs Notice CN-438. Until the new draft memorandum is implemented, the requirements of CN-438 are still in effect.

United States
US Customs and Border Protection (CBP) is in discussions with industry associations about revisions to its current procedures on the importing and exporting of CTCs. Based on these discussions, CBP intends to create a more efficient reporting process by drafting procedures designed to smooth the process for CTCs being shipped by pipeline.

We will keep you updated as new information becomes available.


In Brief

United States and European Union Recognize Respective Partnership Programs

European and US importers and exporters should benefit from a new agreement by US Customs and Border Protection (CBP) and the European Union (EU) to mutually recognize the compatibility between EU’s Authorized Economic Operator program and US’s Customs-Trade Partnership Against Terrorism program. The Mutual Recognition Decision will allow the US and EU customs authorities to concentrate on risky consignments and better facilitate legitimate trade, thereby saving importers and exporters time and money.

Customs Boosts NEXUS Benefits

The Canadian and US customs administrations have announced plans to further streamline NEXUS, their program designed to expedite the border clearance process for low-risk, pre-approved travellers into Canada and the United States.

Changes to NEXUS will include:

  • Streamlining the membership renewal process by waiving the interview for members who have not had any changes to their personal information and have maintained their low-risk status
  • Enrolment blitzes to expedite the processing of new NEXUS applications
  • A new trusted traveller kiosk at Billy Bishop Toronto City Airport to expedite clearance for members flying into Canada.
  • A NEXUS lane at the Queenston/Lewiston bridge.

To qualify for NEXUS, an individual must be a citizen or permanent resident of Canada or the United States, residing in either country, or a citizen of a country other than Canada or the United States who plans to lawfully live in either country for the length of the NEXUS membership. Applicants must also pass various criminal history and law enforcement checks by both countries.


We Can Help

Contact one of our KPMG professionals with these or any other customs related matters that may affect your business. We can help you manage your customs compliance obligations and ensure that you are not missing refund opportunities.



In This Issue

Compliance Assessment Program Can Help You Avoid AMPS Penalties

CBSA Verification Audit — Correct Non-Compliance to Avoid Future Penalties

Canada and US Planning Oil and Gas Reporting Changes

In Brief

More Information?

For more information on these subjects, or any trade or customs issue, please contact one of KPMG’s Trade & Customs professionals:

John Pajek
Senior Manager
(416) 777-8329

Angelos Xilinas
(604) 691-3479

Click here to visit
our website.

Contact Us | Follow KPMG on Twitter | Unsubscribe | KPMG in Canada Privacy Policy | KPMG On-Line Privacy Policy | Legal

© 2012 KPMG LLP, a Canadian limited liability partnership and a member firm of the KPMG network of independent member firms affiliated with KPMG International Cooperative ("KPMG International"), a Swiss entity. All rights reserved. The KPMG name, logo and “cutting through complexity” are registered trademarks or trademarks of KPMG International.
Twitter Linkedin Facebook Youtube
Go to English    


Édition de l’été 2012



Le programme d’évaluation de l’observation peut vous aider à éviter des pénalités en vertu du Régime de sanctions administratives pécuniaires (« RSAP »)

Au cours des dernières années, les sociétés qui s’occupent d’expéditions transfrontalières se sont trouvées aux prises avec des risques et des problèmes à résoudre considérablement accrus au chapitre de l’observation en matière de douane, notamment dans les règlements concernant la sécurité frontalière, les contrôles de la vérification de l’observation et les vérifications de l’origine. Les erreurs administratives relatives à l’observation sont désormais sanctionnées par de lourdes pénalités pécuniaires qui peuvent avoir de profondes conséquences sur le résultat net d’une société.

Un solide processus de gestion des douanes doit comporter des politiques et des procédures bien définies ainsi que des pratiques fiables de tenue des registres. Le processus doit également bien définir les rôles et les responsabilités de tous les membres du personnel participant à des activités liées aux douanes, allant du simple commis à l’administrateur général. Il doit également exister une coordination entre les services internes pertinents, tels que les prix de transfert, la planification fiscale des sociétés, l’approvisionnement et la logistique. C’est la raison pour laquelle le groupe Douanes et commerce international de KPMG a mis au point un précieux outil d’évaluation de l’observation pour aider à évaluer le risque de votre société en ce qui concerne l’observation en matière de douane.

Les sociétés auraient intérêt à porter une attention particulière aux principaux domaines d’observation en matière de douane exposés ci-après.

Il peut parfois être difficile pour les importateurs de déterminer une valeur en douane conforme. La déclaration adéquate des redevances, des droits de permis, des commissions de vente, des frais d’outillage, des coûts des travaux d’ingénierie et des frais promotionnels, de même que le produit et les coûts spéciaux d’emballage ultérieurs, ne représentent qu’une partie de la gestion de l’évaluation en douane. Les aspects les plus compliqués de l’évaluation en douane se manifestent lorsque des prix de transfert intersociétés doivent être établis ou que des ajustements de prix postérieurs à l’importation doivent être effectués. Dans le même ordre d’idées, des restructurations d’entreprises ont inévitablement une incidence sur l’évaluation en douane.

Droits de douane
L’attribution du bon classement tarifaire aux marchandises est essentielle aux fins du respect des obligations en matière d’observation, de même qu’aux fins d’une réduction des coûts. Le classement tarifaire d’un produit a une incidence non seulement sur le taux de droit appliqué, mais également sur une quantité de questions d’admissibilité telles que des droits antidumping et les quotas d’importation. Le fait de se fier strictement à des tiers pour exécuter le travail de classement tarifaire d’une expédition à l’autre peut donner lieu à des risques liés à l’observation, et peut ne pas simplifier le classement le mieux approprié et le plus efficace en ce qui a trait aux droits de douane pour des produits importés. Une base de données relative au classement tarifaire peut vous aider à obtenir un classement exact et uniforme pour vos produits importés.

Il n’y a rien de plus difficile que de retracer et d’attribuer avec exactitude les désignations appropriées du pays d’origine à toutes les matières et les pièces qui entrent dans la composition d’un produit final. Cette démarche peut faire intervenir des centaines voire des milliers d’intrants en provenance de douzaines de pays. Le fait de ne pas pouvoir retracer convenablement le pays d’origine d’un produit importé peut compromettre l’admissibilité à des accords de libre-échange ou à d’autres accords commerciaux préférentiels. Des demandes inexactes ou fausses quant au pays d’origine peuvent entraîner le refus par l’Agence des services frontaliers du Canada (« ASFC ») du traitement tarifaire préférentiel et l’imposition de sanctions pécuniaires.

Outil d’évaluation de l’observation de KPMG
L’outil d’évaluation de l’observation de KPMG donne un aperçu instantané qui regroupe les activités d’importation de votre société remontant aussi loin qu’il y a quatre ans et qui indique clairement les principaux domaines de risques en douane de votre société. Cet aperçu fournit également des données sur d’éventuelles sanctions pécuniaires, des occasions de recouvrement des droits de douane, des opérations inhabituelles et des avantages commerciaux périodiques. Cet outil représente une excellente première étape pour déterminer si votre société doit envisager de se soumettre à un examen de l’observation en matière de douane.

Relever et corriger des questions liées à l’observation avant une vérification de l’ASFC peut vous aider à éviter d’éventuelles sanctions pécuniaires et des corrections rétroactives onéreuses. Des erreurs dans l’un ou l’autre de ces domaines clés peuvent se multiplier si elles ne sont pas détectées, ce qui se traduit par des droits payés en trop qui ne seront jamais recouvrés, ou par des pénalités pour des droits insuffisamment payés, sans compter l’obligation fastidieuse de devoir traiter avec les autorités douanières.

Pour en savoir davantage sur l’outil d’évaluation de l’observation en matière de douane de KPMG, veuillez communiquer avec un professionnel de KPMG spécialisé en douane.


Contrôle de la vérification par l’ASFC – Correction de l’inobservation pour éviter des pénalités futures

Toute occurrence d’inobservation de la part d’une société dans le cadre d’un contrôle de vérification antérieur par l’Agence des services frontaliers du Canada (« ASFC ») peut entraîner une nouvelle vérification de la société. L’ASFC a fait savoir qu’à compter d’un peu plus tard au cours de l’année, elle entreprendra d’examiner les occurrences d’inobservation de la part des importateurs et qu’elle pourra imposer des pénalités pouvant atteindre 200 000 $ par examen si elle détermine que l’importateur continue de maintenir une pratique d’inobservation.

Les cas d’inobservation types sont les suivants :

  • omission de fournir des documents à des fins d’examen;
  • fausses déclarations ou déclarations inexactes de la part des importateurs;
  • non-correction de déclarations concernant la valeur, le classement ou l’origine dans les 90 jours suivant la date à laquelle l’ASFC a « un motif de croire » que cette déclaration était erronée.

Toute occurrence d’inobservation de la part d’une société dans le cadre d’un contrôle de vérification antérieur par l’ASFC devrait amener la société à envisager sérieusement de mettre sur pied un programme interne d’assurance de la qualité afin de s’assurer de répondre à toutes les obligations en matière de douane. Cette stratégie permettra de réduire au minimum la possibilité de se voir imposer des pénalités supplémentaires.


Le Canada et les États-Unis prévoient d’apporter des modifications dans les déclarations concernant des activités pétrolières et gazières

Les importateurs et les exportateurs de gaz naturel, de mazout et de pétrole, connus également sous la désignation de produits transportés en continu (« PTC »), devraient se tenir au courant des modifications à venir dans la façon de déclarer ces produits aux douanes canadiennes et américaines.

L’Agence des services frontaliers du Canada (« ASFC ») a récemment publié la version préliminaire d’un mémorandum intitulé « Procédures pour l’importation de produits transportés en continu », qui renferme des directives sur la déclaration et la comptabilisation des PTC pour les courtiers, les importateurs / propriétaires et les transporteurs.

La version préliminaire du mémorandum offre des directives et des instructions précises sur :

  • l’obligation pour les transporteurs de déclarer tous les PTC;
  • la comptabilisation mensuelle par les importateurs, et trois choix de mode de présentation comptable;
  • les PTC qui sont considérés en transit, y compris pendant la durée du transfert de propriétaires, mais non les PTC entreposés pour une durée indéterminée;
  • les raisons pour lesquelles une déclaration nette est interdite;
  • la taxe sur les produits et services / taxe de vente harmonisée s’appliquant lorsqu’un PTC est considéré comme étant importé.

L’annexe D de la version préliminaire du mémorandum porte expressément sur le gaz naturel et traite de ce qui suit :

  • les renseignements sur le fret;
  • les activités d’entreposage, où le gaz naturel appartenant à une personne autre que le transporteur est entreposé dans un gazoduc;
  • les activités d’emprunt;
  • les livraisons à contre-courant;
  • les usines de chevauchement;
  • les pertes en transit et le gaz combustible;
  • la combinaison de plusieurs marchandises.

Auparavant, la seule politique de l’ASFC publiée sur l’importation et l’exportation des PTC était celle de l’Avis des douanes N-438. Jusqu’à ce que la version préliminaire du nouveau mémorandum soit mise en vigueur, ce sont les exigences du N-438 qui s’appliquent.

L’agence américaine Customs and Border Protection (« CBP ») a entrepris des discussions avec les associations du secteur du gaz naturel portant sur ses procédures actuelles visant l’importation et l’exportation des PTC. S’inspirant des résultats de ces discussions, la CBP entend mettre au point un processus plus efficace de déclaration en rédigeant des procédures visant à simplifier celle actuellement en vigueur dans le cas d’expédition des PTC par pipeline.

Nous vous tiendrons au courant de ce processus à mesure que de nouveaux renseignements nous seront communiqués.


En bref

Les États-Unis et l’Union européenne reconnaissent leurs programmes respectifs de partenariat

Les importateurs et exportateurs européens et américains devraient tirer profit d’une nouvelle convention conclue entre la CBP et l’Union européenne visant à reconnaître mutuellement la compatibilité entre le programme Opérateur économique agréé de l’Union européenne et le programme Customs-Trade Partnership Against Terrorism (programme Partenariat douanes-commerce contre le terrorisme) des États-Unis. Cette décision de reconnaissance mutuelle de leur programme permettra aux autorités douanières des États-Unis et de l’Union européenne de se concentrer sur les expéditions comportant des risques élevés et de mieux faciliter les échanges légitimes, faisant ainsi épargner aux importateurs et exportateurs temps et argent.

Les administrations douanières rehaussent les avantages de NEXUS

Les administrations douanières canadiennes et américaines ont annoncé la mise en œuvre de plans visant à simplifier NEXUS, programme conçu pour accélérer le passage à la frontière tant canadienne qu'américaine des voyageurs préautorisés à faible risque.

Les modifications qui seront apportées au programme NEXUS sont les suivantes :

  • simplification du processus de renouvellement d’adhésion au programme en dispensant de passer en entrevue les participants dont les renseignements personnels n’ont pas changé et qui ont conservé leur statut à faible risque;
  • lancement de campagnes éclair pour accélérer le traitement des nouvelles demandes d’adhésion à NEXUS;
  • nouveau guichet pour les voyageurs dignes de confiance à l'aéroport Billy Bishop de Toronto pour accélérer le traitement des participants qui arrivent au Canada en avion;
  • voie NEXUS au pont de Queenston-Lewiston.

Pour être admissible au programme NEXUS, vous devez être un citoyen ou un résident permanent du Canada ou des États-Unis, vous devez résider dans l’un ou l’autre pays, ou si vous êtes citoyen d’un pays autre que le Canada ou les États-Unis, vous devez prévoir vivre légalement dans l’un ou l’autre pays pour la durée de l’adhésion au programme NEXUS. Les requérants doivent également se soumettre à divers contrôles d’antécédents criminels et d’application de la loi imposés par les deux pays.


Nous pouvons vous aider

Pour obtenir de l’aide en ce qui a trait aux questions liées aux douanes susceptibles de toucher vos activités, communiquez avec les professionnels de KPMG. Nous pouvons vous aider à gérer vos obligations en matière de douane, et veiller à ce que vous ne laissiez échapper aucune possibilité de remboursement.



Dans ce numéro

Le programme d’évaluation de l’observation peut vous aider à éviter des pénalités en vertu du Régime de sanctions administratives pécuniaires (« RSAP »)

Contrôle de la vérification par l’ASFC – Correction de l’inobservation pour éviter des pénalités futures

Le Canada et les États-Unis prévoient d’apporter des modifications dans les déclarations concernant des activités pétrolières et gazières

En bref

Pour en savoir davantage

Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces sujets, ou sur toute autre question liée aux douanes et au commerce international, veuillez communiquer avec un professionnel de KPMG spécialisé en douanes et commerce international :

John Pajek
Directeur principal

Angelos Xilinas

Cliquez ici pour visiter notre site Web.

Nous contacter | Suivez KPMG sur Twitter | Me désabonner | Énoncé en matière de confidentialité (Canada) | Version en ligne des principes directeurs de KPMG en matière de protection des renseignements personnels | Avis de non-responsabilité

© 2012 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Cooperative (« KPMG International »), entité suisse. Tous droits réservés. KPMG, le logo de KPMG et le slogan « simplifier la complexité » sont des marques déposées ou des marques de commerce de KPMG International.
Twitter Linkedin Facebook Youtube